Suite Ă  cet article, tu vas peut-ĂȘtre ne plus m’aimer. Je vais ĂȘtre trĂšs cash. Je suis d’humeur directe ces derniers jours… C’est d’ailleurs non sans trac que j’appuie sur le bouton “publier”… Mais je dois te partager ma vĂ©ritĂ©.

J’aime la bienveillance. La tolĂ©rance. Ce sont des vertus trĂšs importantes pour moi.

Je pense (j’espĂšre) ĂȘtre bienveillante et tolĂ©rante. Ainsi qu’Ă  l’Ă©coute. Et empathique. J’essaye souvent de me mettre Ă  la place des autres qui se livrent Ă  moi sans jugement.

Et j’attends cette mĂȘme bienveillance rĂ©ciproquement des autres vis Ă  vis de moi, et plus particuliĂšrement dans certaines situations dans lesquelles je suis plus vulnĂ©rable.

Mais je ne suis pas parfaite #scoop 😜. Il y a des fois oĂč je n’y arrive pas. J’ai mes propres limites.

Et hier soir, j’ai identifiĂ© l’un de ces cas de figures dans lesquels je n’ai plus envie d’ĂȘtre bienveillante du tout. Limite qui me fout en rogne grave… 😠

C’est lorsqu’une personne se complaĂźt dans son malheur et n’est pas reconnaissante d’ĂȘtre en Vie et en bonne santĂ©.

Je vous raconte… Je naviguais tranquillou dans l’un des groupes FB positifs que j’adore quand je vois un long post plus nĂ©gative que d’habitude, d’une femme qui se livrait avec humour et auto-dĂ©rision quant Ă  sa difficultĂ© d’ĂȘtre heureuse et ses auto-rĂ©flexions compliquĂ©es depuis des annĂ©es autour de ce sujet.

Estimant que je pouvais m’adresser Ă  elle comme Ă  une pote Ă  qui je voulais du bien, je eu envie de la bousculer gentiment en m’adressant Ă  elle de maniĂšre trĂšs directe. Je lui ai suggĂ©rĂ© de se donner un coup de pied aux fesses, d’arrĂȘter de se prendre trop la tĂȘte et de juste dĂ©cider de kiffer la Vie qui est belle.

Il Ă©tait tard ; j’étais sans filtre dans mes propos (n’est-ce pas dans ces moments lĂ  que nous sommes vraiment vrais en fait ? 🙄).

Visiblement pas sur la mĂȘme longueur d’ondes, elle s’est tout de suite sentie agressĂ©e et jugĂ©e. Et m’a rĂ©clamĂ© de la bienveillance.

Je n’ai pas essayĂ© de justifier mes propos en rĂ©ponse. Me demandant si j’avais Ă©tĂ© trop brusque, j’ai cherchĂ© comment reformuler les choses mais en rĂ©alitĂ©, ça me saoulait d’avance… (fatiguant parfois de chercher Ă  arrondir les angles pour dire ce que l’on pense vraiment). Je n’en avais pas envie en fait.

Et surtout, je sentais qu’elle ne comprendrait pas mon message pour elle, quoique je dise. Elle n’était pas prĂȘte. Je sentais que le fond du problĂšme Ă©tait qu’elle ne cherchait pas de l’aide ou un conseil avisĂ©. Qu’elle n’avait tout simplement pas dĂ©cidĂ© d’ĂȘtre heureuse.

Cela m’a quand mĂȘme travaillĂ© une partie de la nuit et de ma journĂ©e (je suis trĂšs sensible Ă  ça je suis car je DETESTE les conflits). Sachant de mieux en mieux admettre quand j’ai tort, je cherchais Ă  savoir si je devais me remettre en question et comment j’aurais pu mieux lui faire comprendre le fond de ma pensĂ©e…

AprĂšs avoir refait le film plusieurs fois dans ma tĂȘte, je suis arrivĂ©e Ă  ce constat sĂ©vĂšre : je voulais sincĂšrement du bien Ă  cette inconnue, mais n’avais absolument AUCUNE ENVIE d’ĂȘtre bienveillante envers elle. Pas Ă  ce stade d’état d’esprit dans lequel elle Ă©tait.

Si c’Ă©tait Ă  refaire, je lui redirais la mĂȘme chose (peut-ĂȘtre formulĂ© autrement mais je pense que sa rĂ©action aurait Ă©tĂ© quasi la mĂȘme). Parce que c’est ce que je pense bon pour elle. Tant pis si ce n’est pas de la bienveillance.

Tant qu’elle n’a pas dĂ©cidĂ© d’ĂȘtre reconnaissante pour la chance qu’elle a d’ĂȘtre lĂ , de respirer tous les jours, de profiter des beautĂ©s de cette existence.

 

Quelle que soit son histoire, je ne vois pas quelles sont les excuses valables pour ne pas l’ĂȘtre (oui je suis dure 😣).

En fait, de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, je n’ai plus envie d’ĂȘtre bienveillante avec ce que j’appelle les ingrats de la Vie.

Pas aprĂšs les tĂ©moignages incroyables de Vie que j’ai reçu aprĂšs mon article d’il y a quelques jours (et que je te partagerai dans un prochain post. Tu sais, celui dans lequel je te partageais un gros coup de gueule sur le fait de se rĂ©veiller TOUT DE SUITE pour profiter de la Vie car tout peut s’arrĂȘter demain.). Que des personnes courageuses qui ont connu des Ă©normes drames dans leurs Vies, beaucoup de malheurs parfois, et qui ont dĂ©cidĂ© de relever la tĂȘte et de profiter tout simplement. Au nom des personnes qu’ils aimaient qui ont disparu et qui eux n’ont plus la chance d’ĂȘtre lĂ .

Ils avaient mille excuse de sombrer dans la négativité. Ils ont pourtant choisir la voie du bonheur.

Dans cet article sur l’urgence de se bouger le cul pour ĂȘtre heureux dĂšs AUJOURD’HUI et pas plus tard, je n’ai peut-ĂȘtre pas assez soulignĂ© qu’il est de TA responsabilitĂ© de choisir de l’ĂȘtre. C’est Ă  TOI de dĂ©cider de prendre les choses en main et de rendre ta Vie plus belle si elle ne te satisfait pas telle qu’elle est aujourd’hui.

Le fait d’ĂȘtre heureux doit ĂȘtre une dĂ©cision qui doit venir de TOI. Pas de l’extĂ©rieur. Ou des autres.

Le bonheur ça se dĂ©cide. En accord avec toi-mĂȘme uniquement. Tu ne le seras jamais si tu attends que ça te tombe dessus. Quels que soient ton passĂ© et les malheurs que tu as traversĂ©s ou qui t’arriveront.

Je ne te dis pas que c’est facile. Que la Vie est toujours facile.

Mais le point de dĂ©part inĂ©vitable, c’est de dĂ©cider d’aller bien coĂ»te que coĂ»te. MĂȘme si ça prend du temps et que le chemin est semĂ© d’embuches.

On vit tous des difficultĂ©s, des drames, de mauvaises nouvelles dans nos Vies. On a tous peur, des doutes, des obstacles Ă  franchir, des pĂ©riodes plus sombres que d’autres…

Mais tu as le pouvoir de choisir comment les vivre, les surmonter et continuer Ă  avancer. Soit tu choisis de sombrer dans l’obscuritĂ© (tu te victimises et tu entretiens cette tristesse), soit d’aller vers la lumiĂšre au-delĂ  de l’obscuritĂ©.

Tu choisis alors de tout faire pour ĂȘtre heureux dans ta Vie, quelques soient les merdes qui te tombent sur le coin de ta tĂȘte, et tu avances sans cesse courageusement vers ça.

Et en ça, je peux t’y aider si tu veux.

Le chemin n’est pas forcĂ©ment facile (mais peut ĂȘtre passionnant) ; TA dĂ©cision d’aller bien OUI. Et elle et ne relĂšve que de TOI.

Alors ? Que dĂ©cides-tu ? As-tu envie d’aller bien ?

Avec bienveillance (vraiment).

Maude alias Maudus
CrĂ©atrice de bonheur qui l’a choisi malgrĂ© les difficultĂ©s

Dans quelques temps, je vais d’ailleurs lancer avec programme trop trop bien, appelĂ© “Carpe Diem”, avec ma copine Melissa de Happy New You pour dĂ©couvrir les clĂ©s que tu as en toi pour kiffer ta Vie (car TOUT part de toi). Nous y conjuguerons nos dĂ©couvertes et expĂ©riences mutuelles dans nos chemins de Vie pour ĂȘtre heureuses. Il sera trĂšs riche et adressĂ© aux personnes qui ont justement dĂ©cidĂ© d’aller bien. Like ou commente cet article si tu es intĂ©ressĂ©(e). 🙂

Reçevez mes 3 habitudes de Vie indispensables à mon bonheur (que je vous recommande !)

Signup now and receive an email once I publish new content.

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.