C’est une vraie question que je te pose. Car je m’interroge depuis toujours sur ce sujet et encore aujourd’hui, je ne comprends pas. đŸ€”

Si tu en as la rĂ©ponse, merci de m’éclairer en commentaire de cet article ou en MP.

Quand je parle de drogue, j’entends : la cigarette, les joints, l’alcool, les mĂ©dicaments, ou toute autre substance qui modifie ton Ă©tat mental naturel (et dont tu peux devenir accro et qui font rarement du bien Ă  ton corps et ta santĂ© Ă  la longue).

 

Moi je ne fume pas. Ni des cigarettes, ni rien d’autre. Je n’ai jamais fumĂ©. J’ai bien testĂ© la cigarette Ă  l’adolescence, mais y ai trouvĂ© trĂšs peu d’intĂ©rĂȘt. En rĂ©alitĂ©, que du dĂ©goĂ»t. đŸ€ą

Je n’ai jamais compris la dĂ©marche des fumeurs, ni ce que cela pouvait leur apporter de bien dans leur Vie. La plupart du temps, je les trouve mĂȘme trĂšs Ă©goĂŻstes (j’en parle dans cet article). Peut-ĂȘtre ont-il raison d’ailleurs (voir mon article d’il y a deux jours), mĂȘme s’ils me saoulent souvent. 😠

Pour ce qui est du cannabis ou du haschich (quelle que soit la façon dont vous l’appelez – sorry đŸ˜âœ‹đŸ» mais moi pas ĂȘtre une spĂ©cialiste), j’ai dĂ©jĂ  testĂ© aussi Ă  certaines occasions (sorry papa si tu lis cet article 😬). Seule l’une d’entre elles Ă©tait rĂ©ussie et m’a permise de passer une soirĂ©e diffĂ©rente avec mes amis. Je ne ressens pourtant pas l’envie urgente de recommencer dĂšs que possible. Des soirĂ©es gĂ©niales entre amis, j’en passe dĂ©jĂ  beaucoup ainsi.

Je ne bois pas non plus. Je suis nĂ©e dans une famille oĂč il n’est pas habituel de boire. Ni du vin, ni de la biĂšre, ni quoique ce soit. Du coup je n’ai jamais Ă©tĂ© initiĂ©e Ă  la chose. MĂȘme ado, je n’ai jamais eu envie de faire comme la plupart de mes camarades qui abusaient des fois de la chose.

Il m’arrive parfois de boire un Mojito, un Monaco, un encore verre de vin pendant le repas (mon palais apprĂ©cie de plus en plus avec les annĂ©es, sans pour autant rien n’y connaĂźtre), et d’y prendre du plaisir mais jamais bien plus. Pas parce que je m’auto-limite au non d’une quelconque rĂšgle de biensĂ©ance, ou pour la conduite, ou pour ma santĂ©. Juste parce que je n’ai jamais envie de plus.

Je n’ai donc jamais Ă©tĂ© bourrĂ©e de ma Vie (et ouais, et j’en suis plutĂŽt fiĂšre 😎). Un peu pompette peut-ĂȘtre. Mais je n’ai jamais vomi mes tripes pour cela, fini amnĂ©sique ou avec la gueule de bois du lendemain.

MĂȘme si je voulais y parvenir, le problĂšme est que n’arrive jamais Ă  boire plus que ma soif. Et c’est un rĂ©el mystĂšre pour moi ceux qui enchainent les verres comme ils avaient une rigole Ă  la place de l’Ɠsophage. Sans parler de leur vessie extensible… 🙄

 

Et malgrĂ© tout cela, je m’éclate grave dans ma Vie ! 😃  Vraiment vraiment.

Peut-ĂȘtre pas sur le papier aux yeux de certains. Raaaaah je m’en suis prise des remarques plus jeune, considĂ©rĂ©e par eux comme une nana coincĂ©e qui devait plus se lĂącher. Voila la rĂ©ponse qui me vient depuis toujours : 🙂 (Bon okay parfois đŸ–•đŸ» dans mes mauvais jours)

En vrai : je surkiffe ma Vie, je la savoure, je la goĂ»te sous toutes ses formes, je l’aime 😍.

Je suis méga happy la majorité du temps.

Je me sens bien dans mes baskets telle que je suis et prĂȘte Ă  avancer vers des aventures toujours plus excitantes.

Je fais la fĂȘte, je danse, je ris, je m’émerveille de tout, je m’amuse, je suis parfois barrĂ©e, des fois plus sĂ©rieuse.

Je suis entourĂ©e de beaucoup d’amis (qui ne boivent ou ne fument pas, un peu ou passionnĂ©ment).

Je n’ai aucunement besoin de boire ou de fumer pour me mettre dans une quelconque ambiance, pour aller la premiĂšre sur la piste de danse, pour parler fort et faire mon intĂ©ressante, ou encore pour me lĂącher.

Je savoure la Vie, les pieds biens encrĂ©s dans la rĂ©alitĂ©, telle qu’elle est. Et elle est vachement belle.

 

Alors pourquoi chercher à la voir différemment ?

Qu’il s’agisse d’une envie de vivre une expĂ©rience diffĂ©rente de temps en temps, ou juste un rĂ©el plaisir de boire ou de fumer, ça je peux le comprendre. Moi qui prĂŽne la recherche sans cesse de son plaisir propre, je ne peux que mĂȘme approuver.

Mais ce qui m’interpelle et ce que je n’ai jamais compris (Ă©clairez-moi ! đŸ€”) : c’est cette quĂȘte perpĂ©tuelle de l’état second.

C’est cette idĂ©e que pour passer une bonne soirĂ©e, pour s’éclater, ou mĂȘme surmonter un stress, IL FAUT se bourrer la gueule ou se droguer.

Je ne comprends pas ces groupes d’amis qui se rĂ©unissent pour boire, juste pour boire, avant de sortir, afin de passer une bonne soirĂ©e (sont pas foutus de le faire sans ???).
Je comprends encore moins ceux qui picolent seuls chez eux le soir (WTF ?).
Je ne comprends pas ceux qui ressentent le besoin de fumer des joints Ă  longueur de journĂ©e, mĂȘme au travail (đŸ€·đŸ»â€â™€ïž)

Quelle est la quĂȘte derriĂšre tout cela ? Une fuite de la Vie telle qu’elle est rĂ©ellement ?

What is the problem avec votre rĂ©alitĂ© les gars ??? Ou avec votre personnalitĂ© lorsqu’elle est normale ??? đŸ€”

Pourquoi ne kiffes-tu pas simplement la Vie au jour le jour, quitte à t’offrir un bonus un extra de ce type de temps en temps ?

Explique-moi ???

En toute bienveillance,

Maude alias Maudus
Créatrice de bonheur interrogative

Si tu veux plutĂŽt te shooter Ă  mes articles de pensĂ©es positives et mes actus trop gĂ©niales, je t’invite Ă  t’inscrire par ici ! Que du bon pour la santĂ©, promis !

Reçevez mes 3 habitudes de Vie indispensables à mon bonheur (que je vous recommande !)

Signup now and receive an email once I publish new content.

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.

Merci pour ton inscription ! :-) Tu recevras dans quelques jours le début du cours par mail.