Ce dont j’ai envie de te parler aujourd’hui émane de mes deux dernières séances clientes (en coaching et en libération énergétique). En totale synchronicité #pasdehasard, ces deux femmes incroyables présentaient de fortes similitudes (tant physiques, psychologiques, que dans leurs histoires). Des rencontres enrichissantes comme à chaque fois 😌 (pour elles et moi).

En parlant tant de moi que d’elles… #coeur #bienveillance :

Lorsque tu es dans une maîtrise totale de ta vie, tu sais tout gérer d’une main de maître. Travail, emploi du temps, vie familiale, organisation, vacances, gestion de tes affaires, celles des autres, etc. C’est l’un des aspects positifs du perfectionnisme et de ta personnalité.

Sauf que lorsque tu es dans un besoin de contrôle quasi permanent, celui-ci a souvent tendance à rejaillir sur la gestion de la vie des personnes qui partagent ta vie et que tu aimes le plus : mari/femme, petit copain(e), enfants, animaux (LOL 😅)…

Exemple basique : tu anticipes pour eux ce à quoi ils doivent penser pour ne pas rater leur rdv du lendemain, quelles affaires ils doivent prendre pour leur prochaine activité, qu’est-ce qu’ils vont manger en ton absence, voire même tu prépares leurs affaires pour eux.

Ton cerveau fonctionne H24 pour toi mais aussi pour eux, pour que tout soit à sa place et rentre dans les cases parfaites de l’organisation de ta vie. Pour que tout le monde soit bien.

Cela ne te dérange pas car tu aimes quand tout est en ordre (sourire jusqu’aux oreilles). Tu as ainsi le sentiment du devoir accompli.

Dans ces cas-là tu es totalement satisfait(e) de toi. Digne d’être aimée. Et encore, tu peux bien trouver encore une autre chose que tu « aurais du » faire….

Alors quand je te suggère que ce n’est pas une bonne idée de tout gérer à la place de l’autre, tu me réponds : « Oui mais si je n’y pense pas, il/elle oublie » –> Ma réponse : Et alors ? En quoi est-ce important POUR TOI qu’il/elle n’oublie pas ? * Puisque visiblement ça ne l’est pas pour lui/elle 😉.

Ou cette réflexion pourrait te traverser l’esprit : « En quoi est-ce grave d’aider l’autre dans son organisation, cela part d’un bon sentiment… ». –> Ma réponse : Totalement. Mais qu’en est-il de sa responsabilité de penser lui-même à ses affaires ?

Car c’est bien de cela dont il s’agit. Se substituer à la responsabilité de l’autre de penser aux choses, gérer ses affaires, ne pas oublier ou au contraire oublier ses rendez-vous, de tenir parole, etc.

Je ne te parle pas là de rendre service après une demande exprimée clairement et acceptée. Je te parle du fait d’anticiper et FAIRE à la place de l’autre.

Ça commence avec la gestion de ses affaires mais cela va bien plus loin.

Quand tu t’inquiètes de ses choix pros ou persos, que tu lui suggères fortement à coups de « il faut que tu… » de poser telle action, quand tu l’assènes de conseils non demandés, quand tu veux contrôler son emploi du temps… quid de sa responsabilité de faire ses choix de vie, de se tromper, d’expérimenter l’échec, de suivre ses envies, de tout simplement vivre sa vie ? 🤔

Quid de SA responsabilité à se rendre heureux (l’un de mes préceptes au bonheur) ?

Et quid de TA responsabilité à t’occuper de TON bonheur et non celui des autres. De ta responsabilité CAPITALE de penser à toi avant tout pour rayonner en bien-être sur les autres (à l’image du masque à oxygène que l’on met d’abord sur soi avant le visage de ses enfants dans l’avion en cas de problème).

Encore une fois, je ne suggère pas de ne plus rendre service à l’autre. Je parle là d’équilibre, de communication, d’attente exprimée et acceptée. Et surtout de besoin qui vient combler une peur.

Que tu souhaites tout gérer pour ta vie, c’est ton choix.

Quand tu veux tout gérer pour l’autre, tu décides à sa place, même si dans les faits, l’autre accepte bien souvent tacitement ce maternage/paternage excessif, (et c’est là aussi de sa responsabilité de dire NON) parce que c’est agréable de juste avoir à se laisser porter. Parce que à quoi bon contester puisque tu serais contrarié(e) si on ne te laissait pas exécuter la liste établie dans ta tête…

Lorsque tu gères tout pour toi, dans toutes les sphères de ta vie + tu gères tout pour les autres de manière identique = maxi poids sur tes épaules, lourdeur, obligations pesantes, mental surchargé, corps en souffrance. Tu imagines la charge que tu prends sur toi à additionner toutes ces responsabilités ?

La plupart du temps, ce jeu mutuel est inconscient.

Et si tu redonnais la responsabilité à l’autre de gérer ses affaires, être heureux, créer sa vie, se tromper, en lâchant prise sur ce besoin d’être parfait(e) pour lui/elle ? (Parce que ce n’est pas ce qu’il te demande, encore une fois)
Et si tu t’autorisais à ne penser qu’à toi et à axer tes actions sur ton propre bonheur ? (N’est-ce pas la seule demande importante de tes proches : que tu sois heureux/euse ?)
Et si tu partais en quête de la peur qui se cache derrière ce besoin de tout contrôler pour l’autre pour la (te) comprendre, l’accepter et en adoucir ses effets ? *

Et si on la libérait ensemble mentalement puis énergiquement, partout où elle est présente dans ta vie ? C’est là ta VRAIE responsabilité (de tout faire pour être bien, avec ou sans moi). Car s’il n’y a plus de peur, il n’y a plus de raison de t’en protéger…

Je peux t’y aider pendant les 3 prochains mois : https://www.maudus.fr/transforme-ton-existence/

Avec passion pour l’être humain,

Maude

P.S : Photo que j’adore pour symboliser le « Chacun son chemin ».

Pin It on Pinterest