– « Mais toi, tu cours tout le temps » m’a dit l’autre jour mon keum, tranquillement posé, à savourer ce qui est là (ce mec est le lâcher-prise incarné 😲😍).

– « Ah bon, tu trouves ? » m’étonnais-je alors que je venais de lui proposer un programme « cool » 😜 pour ce dimanche après une semaine bien remplie et un retour de vacances prenant.

As-tu remarqué comme nous passons notre temps à remplir frénétiquement notre agenda, même lorsqu’il s’agit de loisirs ? Dans une quête perpétuelle du toujours plus. Dans le but de rendre sa vie encore plus épanouissante.

As-tu toi aussi déjà ressenti cette panique de n’avoir rien de prévu pour le weekend ? Une forme de mal-être intérieur de ne pas être sorti(e) de la journée. Une espèce d’urgence à bouger, là tout de suite, et FAIRE quelque chose pour te sentir vivant(e).

C’est dingue ce truc, non ?

Le problème est qu’à force de combler le vide, on ne supporte plus le vide.

Je me souviens d’une phrase de mon père lorsque j’étais ado que je n’avais absolument pas comprise à l’époque, alors que je me plaignais que je n’avais rien à faire cet après-midi là : «  Sois contente d’avoir le temps de t’ennuyer, c’est génial ! ». (je l’avais regardé avec un air bêta d’ado 😅 mais il n’empêche qu’elle m’a marquée #pasdehasard)

La vérité est qu’on ne sait plus s’ennuyer. L’ennui est devenu notre ennemi numéro un dans notre façon de vivre. On le fuit comme la peste alors qu’il apporte la saveur et de la matière à l’instant que l’on est en train de vivre (je ne sais pas si tu me comprends mais je fais le geste d’une boule compacte et riche entre mes mains pour illustrer 🔮).

Le problème est qu’à force de chercher à meubler ton temps et à l’optimiser, tu en oublies de voir ce qui est déjà là. Tu en oublies de te réjouir du programme qui arrive, de le savourer sur l’instant, et de ressentir de la gratitude pour l’expérience vécue. Car tu as déjà la tête à organiser dans la suite !

Les expériences s’enchaînent alors sans trop de saveur, comme des cases que tu coches.
« Ah oui ce soir j’ai yoga.
Demain je vais à cette inauguration d’exposition.
Après-demain je déjeune avec mes amies.
Et ce weekend je fais du ski dans les Vosges.
Ah j’avais oublié, après je bois un café avec machin aussi.
Et avant ça je dois terminer tout ce que j’ai à faire… »

Le problème est que dans cette course effrénée, tu n’es plus connecté(e) à l’instant présent. Tu es sans cesse à prévoir l’après. Tu vis l’expérience comme si c’était une formalité pour passer à la suivante.

Or c’est dans l’instant présent que tout est déjà là.
Seul l’instant présent est réel. Le futur n’existe pas encore.
C’est dans l’instant présent que tu peux vibrer. Que tu peux être satisfait(e). Heureux quoi !

Ne serions-nous pas en fait en train de courir après un bonheur qui est déjà là ? 🤔

Et ce bonheur d’ailleurs, ne peut-il pas se trouver dans l’ordinaire ? Autrement que dans des expériences qui sortent de ton quotidien.
Comme passer du temps avec les gens qui vivent avec toi et que tu aimes (normalement 😅).
Savourer une bonne tasse de thé ou café.
T’installer dans ta chaise la plus confortable avec un bon bouquin.
Enfiler tes habits préférés.
Cuisiner et déguster un bon petit plat.
Passer une bonne nuit dans ton lit douillet.
Etc.

Le problème est qu’à force de passer d’une expérience de vie à une autre, tu ne prends plus le temps d’être reconnaissant(e) pour ce qui fait déjà partie de ta vie. Les personnes qui t’entourent, tes biens matériels, tes expériences passées et souvenirs extra, ton chez-toi…

La plupart du temps, tout est déjà là. Les éléments de ta vie dont tu as besoin pour être bien font déjà partie de ta vie. Le reste ne sont que des cerises sur le gâteau. Alors tâchons que celles-ci ne viennent pas gâcher le gâteau en lui-même et restent des bonus.

Pour moi, cette obsession de remplir ton agenda est une maladie de notre siècle, mais aussi une caractéristique des perfectionnistes comme moi qui veulent vivre la vie la plus remplie possible (et de fait, finissent par masquer l’important).

J’ai désormais compris que, poussée à l’extrême, c’est cette quête qui m’éloignait de mon bonheur déjà existant et même de qui je suis vraiment : une nana libre qui sait vivre dans la légèreté et la sérénité 😌.

Avec les nouveaux services de coaching que je suis en train de mettre en place je peux t’aider à lâcher-prise toi aussi à ce propos et te reconnecter à la joie de l’instant présent. Ecris-moi si cela t’intéresse à contact@maudus.fr.

Si tu t’es reconnu(e) dans ce portrait, viens me dire en commentaire avec quoi tu repars après avoir lu cet article.

Avec envie de m’ennuyer,

Maude alias Maudus
Créatrice de bonheur intuitive et perfectionniste

PS Photo : Tout ça, ça existait bien avant qu’on ait des agendas….

Pin It on Pinterest