L’Univers est vachement comique je trouve 👍🏻. Il faut que je te raconte ma nouvelle synchronicité…

Ces derniers temps, à chaque fois que je pense à une personne spontanément, je la croise ou elle me contacte quelques jours plus tard.

(N.B : Je devrais tester avec Brad Pitt, tiens… 🤔)

Bon pour l’instant, cela ne marche qu’avec des gens que je connais.

Présentement, je me trouve à quelques mètres de cette nouvelle rencontre alors que je t’écris.

Cela faisait un moment que je voulais te parler de la signification de ce qui t’énerve chez l’autre. Tu sais, quand tu peux passer des heures à critiquer l’autre avec véhémence sur l’un de ses traits de caractère alors que par ailleurs, la plupart du temps, tu l’aimes bien (ou pas d’ailleurs).

Voici mon analyse de ce qui émerge :

Si tu es complètement transparent avec toi-même, et lorsque que tu as ôté des couches d’excuses de ton ego, ce qui t’énerve chez une autre personne que tu connais, est ce que tu ne t’autorises pas à faire ou à être.

Je ne dis pas que c’est ce qui tu aimerais être ou faire. Mais c’est quelque chose dont tu as peur d’être capable un jour. Ce que tu t’interdis. Une forme de tendance que tu sais sous-jacente en toi et que tu refoules à tout prix.

Par exemple moi, la malhonnêteté me met hors de moi.

Je n’aime pas la froideur non plus.

L’injustice aussi. Quand on parle en mal de quelqu’un qui n’est pas présent, je prends systématiquement sa défense, comme pour rétablir une forme d’équilibre plus juste.

Un troisième truc qui m’horripile chez l’autre est le laisser-aller. La calimero-attitude. Le fait de se plaindre et de ne rien faire pour que cela bouge. Ça me hérisse le poil encore plus quand je connais la personne et que je perçois tout son potentiel inexploité.

Et pourtant, il a pu m’arriver moi aussi d’avoir envie d’être malhonnête pour me sortir d’une situation, parce que je n’osais pas dire NON ou ma vérité.

On a déjà dit de moi que je pouvais être froide.

Il m’est arrivé de critiquer moi aussi l’autre sans empathie pour ce qu’il ou elle traversait, d’être dure dans mes propos et le regretter aussitôt.

Et je sais qu’une part de moi (mon ego qui a peur) peut me souffler, comme une voix insidieuse dans l’oreille, de me laisser aller parfois au discours du « j’ai pas de chance » et aux excuses.

Je combats fermement cette part de moi alors que je devrais au contraire lui faire de la place pour qu’elle n’ait pas envie de faire tant de bruit.

J’en reviens à ma rencontre. Je me suis demandé si ma théorie tenait avec les personnes que l’on apprécie PAS-DU-TOUT mais alors PAS-DU-TOUT. 🤔

Je suis assise à quelques mètre d’une ex collègue (que je n’avais pas revue depuis 4 ans et j’ai pensé à elle il y a 2 jours) que j’ai toujours affirmé DETESTER. Une nana qui réunit trois des caractéristiques ci-dessus avec une dose de malice et de manipulation en plus. Beurk 🤢…

Alors qu’a-t-elle à me révéler sur moi ? Qu’a-t-elle en elle que j’ai envie de fuir de moi comme la peste ?

À l’inverse, qu’est-ce qui me touche chez elle ? Son malheur. Je sens un bon fond chez elle qui se perd dans les mauvaises actions et la perfidie dans le but d’être aimée. Serais-je moi-même capable de ça si je n’étais pas aussi aimée, aussi entourée, si chanceuse (bon eh n’oublions pas qu’on la provoque sa chance hein) ?

Ai-je vraiment appris à découvrir cette personne en profondeur ou suis-je restée en surface ? Je vote pour l’option 2.

N’ai-je pas cet effet de recul parce que j’ai toujours pensé qu’elle ne m’aimait pas, autant que je ne l’aime pas ?

Ne sommes-nous finalement pas des femmes en besoin d’amour, incapables de donner de l’amour à l’autre ?

Je m’arrête là dans l’analyse de cette relation et je confirme ma théorie.

Ce qui t’énerve chez l’autre révèle les côtés sombres que tu n’acceptes pas chez toi.

La solution : déjà je crois que comprendre cela aide à avoir plus de tolérance envers soi et ceux-ci. Cela demande toutefois un travail de nettoyage et de compréhension de notre fonctionnement.

Je pense ensuite qu’il s’agit de les accepter comme faisant partie intégrante de toi. Admettre et accueillir son ombre est l’une des clés pour s’aimer inconditionnellement et être pleinement SOI en toutes circonstances.

Encore une fois, je ne dis pas qu’il faut te laisser aller à tes tendances négatives. Juste accepter qu’elles puissent être là en toi, tapies dans ton ombre. Et c’est okay.

Nous avons tous un côté obscur et lumineux. C’est l’acceptation des deux qui te permet de te sentir complet(e).

Et toi ? Qu’est-ce qui t’énerve chez l’autre ? À la lumière de mon article, qu’est-ce que cela peut révéler de toi ?

C’est ce sur quoi je travaille personnellement : m’autoriser à être moi en toutes circonstances, et l’accepter avec tous mes côtés. J’ai l’impression de me répéter mais le travail énergétique sur ces sujets, couplé au travail de coaching mental est juste MAGIQUE. Si tu savais comme je me sens plus sereine, gaie et puissante de jour en jour. Plus moi, tout simplement 😃.

À travers mes différents services, je peux t’accompagner dans ta propre métamorphose ! 🦋
Ecris-moi là si tu souhaites que nous en discutions : https://www.maudus.fr/seance-gratuite/

Avec complétude,

Maude