Salut toi,

J’espère que tu vas très bien ?

Peut-être l’as-tu vu passer : il y a quelques jours, alors que j’étais encore en vacances à me dorer la pilule sur une plage, j’ai posté ce message sur mes réseaux sociaux.

Et ce n’est qu’après que j’ai compris….

—————

À ton avis, quel est le problème de cette serviette posée sur une plage paradisiaque sur laquelle n’importe qui serait bercé par le son des vagues et la caresse des rayons du soleil ?

En vrai, aucun. Ce n’est pas vraiment ce qu’il y a à retenir de cet endroit et de ce moment.
Et pourtant, je viens de passer 10min à me réinstaller et 30 secondes à râler à cause du vent qui la fait bouger (tu vois comme elle n’est pas toute droite et bien lisse !!!) et qui y ramène sans cesse du sable dessus.

Je DÉTESTE quand j’ai du sable sur ma serviette de plage !!!!

Je viens de réaliser que je suis une perfectionniste de la serviette 😅. J’aime quand elle est droite et propre (Si toi aussi, commente ce post pour que je sente moins seule LOL)

Ce n’est pas très grave en soi. C’est juste symptomatique d’un perfectionnisme bien plus grand dans d’autres domaines de ma vie qui m’empêche parfois de me sentir plus libre et légère. Qui m’empêche de m’autoriser à… Qui m’empêche de savourer la beauté de l’instant.

Ce qui me réjouit, c’est que j’évolue. Sans gommer le positif de mon perfectionnisme, je sais de mieux en mieux lire en moi, me comprendre, m’accepter. Et avec ma méthode de libération énergétique apprise ces dernières semaines, je sais faire sauter des mécanismes bien ancrés en moi (je propose des séances dans ce sens ici: https://www.maudus.fr/coaching/)

Bientôt, je saurai peut-être à nouveau me rouler dans le sable comme je le faisais d’antan ! 😃

———————

Sur le coup je le trouvais pas mal ! L’inspiration m’étais venue spontanément comme la plupart de mes bonnes idées. J’avais certes passé un peu trop de temps à choisir mes mots, mais il contenait le message principal que je souhaitais faire passer.

Et là, ce fut le bad.

Dans les heures qui suivirent, quasi aucun like. Les quelques commentaires étaient des petites piques sur la forme et non le fond. Une amie a fini par commenter un truc du style que « oui bon okay mais il y a pire problème dans la vie, non ? J’aimerais bien être à ta place ».

BIM mon ego qui aime les Hourra en prend un coup. Et surtout, je ne suis pas sûre que le message important est passé (Note à moi-même, : rappelle-toi que ce n’est pas parce que quelqu’un ne se manifeste pas que tu ne l’as pas touché).

Je doute quand même et me demande : suis-je à côté de la plaque avec mon message ?

Je m’en livre à mon chéri qui a toujours la bonne réponse pour me rassurer. Il me rappelle que la plupart des gens qui ont lu mon message sont au travail et restés là où il fait froid, et qu’ils en ont peut-être assez de voir mes photos de serviettes sur la plage.

Oui c’est vrai…

Mais attends, c’est JUSTEMENT LA OÙ JE VOULAIS EN VENIR !!!!

J’ai une chance de dingue ! J’étais sur une île magnifique, devant un paysage renversant, au chaud, libre de mon temps et de mes mouvements, accompagnée de gens que j’aime et entourée de nature, et j’ai gâché 30 minutes de mon instant présent à râler parce qu’il y avait du sable sur ma serviette.

Ce que je voulais faire passer était justement ce que me « reprochaient » mes lecteurs.

Mon perfectionnisme m’empêchait de savourer l’instant. M’empêchait de voir l’important. Me rajoutait de faux problèmes sur le dos.

Okay ce n’était que du sable sur une serviette. Mais si j’additionne le nombre de fois dans ma vie où j’ai remis en place ma serviette (ou tellement d’autres choses) et râlé parce que ça n’allait pas EXACTEMENT PARFAITEMENT comme je le voulais, que de temps perdu à ne pas savourer ce que j’ai de beau sous les yeux !

Quelle ingratitude !

Et pourtant, cela fait partie de moi : je suis une perfectionniste qui se pourrit parfois la vie avec des détails.

Tout part de l’intérieur.
Tu as beau être au paradis, tu es capable de t’auto-prendre la tête avec des conneries.
Tu as beau être entouré(e) d’abondance, tu es parfois focalisé(e) sur le grain de sable qui coince.
Tu peux être riche et ne pas être satisfait(e) du tout.
Etc.

Tout est question de météo intérieure. C’est là qu’il faut aller travailler ; pas sur les éléments extérieurs qui sont déjà là pour la plupart et beaux !

Ce que je ne t’ai pas dit non plus c’est que j’ai porté naturellement mon focus pendant mes vacances sur mon besoin de contrôle qui s’opposait au lâcher-prise, l’intention que j’avais posée de ce voyage.

Je ne t’ai pas dit que j’ai eu des prises de conscience de dingue aussi sur ce qui n’allait pas avec ma météo intérieure, mon développement personnel, mon business, mon énergie…. Mais tout ça je t’en parle dans un prochain article 🤓.

Un indice : je vais continuer à te parler de perfectionnisme et de l’ennemi que tu peux être pour toi-même.

Avec hâte !

Maude alias Maudus
Créatrice de bonheur intuitive

Pin It on Pinterest