La semaine passée, j’ai travaillé en tant que figurante pour un film tournée sur Strasbourg (à côté d’Emmanuelle Devos s’il vous plaît). Comme d’habitude, je m’éclate à découvrir les coulisses d’un tournage, à vivre une journée différente, et à rencontrer des gens de tous horizons qui ont le point commun d’être sympas et open minded.

Je me retrouve à simuler une scène de bar en face d’une belle jeune femme avec qui je connecte instantanément. Pourtant, physiquement, de ce que j’en vois avec mon filtre conditionné par des a priori, elle est plutôt l’inverse de moi : petite, blonde, tatouée, des piercings partout et elle commande avec joie de l’alcool au bar. Nous sommes différentes, mais nos énergies s’aiment bien, alors nous nous lançons dans une vraie discussion (qui durera toute l’après-midi), à la découverte de qui nous sommes.

Ce qui nous fait le plus rire : nos rythmes de vie et conceptions de la boisson différentes (le sujet évident car nous sommes accoudées à un bar). Elle est hallucinée du fait que je n’ai jamais été saoule de ma vie (je le racontais à l’époque ici : http://www.maudus.fr/as-besoin-de-te-droguer-plus-kiffer-vie/) comme moi je suis hallucinée du fait qu’elle soit ivre toutes les semaines. Elle est barman ; les gens qui boivent sont son quotidien. Elle aimerait vivre une semaine dans mon corps me dit-elle, comme ça doit être sain ! 😅 (oui je confirme que c’est pas trop mal 😉). Pour être honnête je n’aimerais pas vivre dans le sien pour cette raison précise. Pour d’autres et voir la vie sous un autre angle, carrément !

Nous en discutons sans filtre, sans jugement l’une envers l’autre et en acceptant nos différences. Cela fait un bien fou ! Nous nous trouvons pleins de points communs aussi.

Plus tard je discute avec une amie également présente et lui raconte être en train de finir mon roman d’amour. Il raconte la vie amoureuse d’une jeune femme célibataire longue durée et ses difficultés à se sentir « normale ». Bien sûr que je me suis inspirée en partie de ce que j’ai vécu lui dis-je. Là aussi j’ai vécu pendant des années dans la différence quand j’y pense. Et même si ce n’était pas tous les jours faciles, je ne regrette rien car c’est mon chemin et la situation qui étaient totalement en accord et correspondaient avec qui j’étais à ce moment là.

Je discute plus tard avec d’autres personnes de mon activité originale de Créatrice de bonheur, mon changement de vie professionnel. Encore une autre grande différence de la masse.

Je me rends compte combien j’ai toujours été différente du groupe, à ma façon, et que j’aime ça ! Dans les comportements, la façon de penser, les choix de vie, ma taille, mes vêtements…

Et puis je pense au fait que je ne dois pas être la seule à ressentir ça. Que finalement, chacun est différent à sa façon. Chaque être est unique, chaque parcours est autre. Certains portent même leur différence sur eux, certainement plus lourde. D’autres en eux, sans jamais la dévoiler.

Je me dis qu’on s’en fout de faire une échelle des différences avec certaines qui seraient plus importantes que d’autres, même si sur le papier ça semble être le cas. Ce qui compte, c’est le sentiment d’être différent. Ca, tout le monde peut le ressentir de manière plus ou moins forte à un moment de sa vie. Toi aussi tu l’as déjà ressenti j’en suis sûre, non ? (Viens me le dire en commentaire).

Comme d’habitude, tout n’est que question de perception des choses, de météo intérieure, d’état d’esprit dans lequel on aborde ce qu’on vit.

Et puis ce paradoxe (le ressens-tu aussi ?) : Mon sentiment d’être différente, il me rend fière parfois. Souvent même ! Je m’en vante, je le revendique.
Et d’autres fois, il m’emmerde. J’ai juste envie d’être « comme tout le monde », de me sentir « normale » (tout en ayant conscience la normalité n’existe pas en vrai). Juste faire comme la majorité des gens et me fondre dans la masse pour qu’on me foute la paix. Qu’est-ce que ce serait plus reposant, moins prise de tête aussi… En réalité, quand elle m’emmerde ma différence, c’est quand je ne me sens plus assez forte passagèrement pour m’assumer MOI.
Je pourrais me mettre à boire en soirée pour arrêter d’avoir les gros yeux de certains quand je dis que ce n’est pas le cas.
J’aurais pu sortir avec le premier garçon venu à l’époque, juste pour qu’on arrête de me demander pourquoi je suis encore célibataire.
Je pourrais reprendre un boulot salarié conventionnel, juste pour qu’on arrête de me demander si mon activité marche, si c’est viable et comment j’envisage l’avenir.

Un peu nul, non ? Oui je sais, mais tellement plus simple.

Cette envie là, de gommer ma différence, c’est la peur qui l’anime. Une peur d’être jugée, critiquée, moins aimée si je ne fais pas comme tout le monde.

Je me souviens de la période de l’adolescence, lorsque l’on se pose pleins de questions existentielles (même si je n’ai jamais arrêté 😅) et notamment sur ses orientations sexuelles, m’être demandée un temps si je ne préférais pas les filles aux garçons. Je me souviens du soulagement quand j’ai pu déterminer que non, pas parce que ça aurait été un problème vis à vis de moi-même ; parce que ça aurait pu poser problème vis à vis des autres. Que ça aurait été plus compliqué, plus lourd à porter et à révéler.

Alors on fait quoi ? Lorsque l’on constate que la voie qui nous rend la/le plus heureuse, plus nous-même, est une autre direction que la plupart des autres êtres humains ? On y va ou on plie sous le poids de la peur ?

Moi je dis qu’ON Y VA ! Oui, même quand c’est dur ou pas tous les jours facile.

Parce que renier ta différence revient à gommer ton originalité, à faire taire tes aspirations profondes.
Parce que choisir la peur (et celles des autres) revient à cracher sur qui tu es vraiment., revient à mourir en fait, à ne pas VIVRE au sens d’exploiter tout ce que cette vie a à t’offrir d’excitant.

Tes différences sont ce qui te rend belle/beau et intéressant(e) à mes yeux. Elles sont les richesses que j’ai envie d’apprendre de toi. Ce sont elles qui me donnent envie de découvrir qui tu es. Vois l’enrichissement de partager nos façons différentes d’expérimenter la vie ! 🤗

Exit tous ceux qui sont trop cons pour le voir (oups, j’ai écrit ça à voix haute ?)

Oscar Wilde disait : « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris ».

En amour pour tes différences,

Maude alias Maudus

P.S : J’ai FINI MON LIVRE !!!!!! Celui dont je parle dans cet article. Pour être précise, le tome 1 d’un roman d’amour en 3 tomes. Les aventure de Mathilde, une jeune femme célibataire de longue durée. Je suis toute excitée et apeurée aussi. Il est en cours de relecture par mes correctrices officielles puis sera ensuite transmis à mes merveilleuses acheteuses VIP qui m’ont soutenues tout au long de cette aventure. 

Tu peux toi aussi les rejoindre pour recevoir d’ici la fin de l’année ton exemplaire dédicacé : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=FBP4S3CA4KF3E
Et/ou si tu as une info pour m’aider à le faire publier, écris-moi : contact@maudus.fr

P.S : Merci à tous ceux qui se sont inquiétés après mon dernier article. Tout va bien ! 🙂J’ai retrouvé ma superbe forme et mon moral. Je souhaitais pour une fois te partager un dark day pour te montrer que moi aussi j’en traverse de temps en temps.

Des bisous

Reçois mes articles inspirants par mail et une méditation en cadeau pour te reconnecter à la légèreté et l'instant présent

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.

Merci pour ton inscription ! :-) Tu recevras très vite le début du cours par mail.