Je suis sûre que tu la connais, la méthode de l’autruche. Tu sais, c’est celle qui consiste à se mettre la tête sous le sable (ou sous un oreiller) et attendre, en espérant que ce qui te préoccupe disparaisse.

Eh ben j’ai un scoop pour toi : elle ne marche pas du tout.

Je l’ai fait de nombreuses fois dans ma vie.

Quelques exemples parmi tant d’autres :

A l’approche d’un examen, en attendant lonnnngtemps avant de me mettre enfin à réviser.
Avant d’avoir une discussion salutaire avec telle personne, parce que les mots devaient être dits mais que je flippais de sa réaction.
A rester célibataire parce que le dossier « affronter mes peurs» me paraissait trop gros dans le domaine amoureux.
Le mois dernier, avant d’avancer sur ce projet qui me faisait flipper.
En ce moment, même en n’osant pas contacter cette personne que je devrais alors que c’est ce qui va me permettre d’avancer.

A chaque fois, c’est la même chose. Tu repousses l’action.
Tu procrastines ostensiblement.
Tu te vois faire, culpabilisant parfois, t’en foutant d’autres fois.
Tu sais pertinemment que tu ne devrais pas, mais c’est plus fort que toi.
Ou LA solution de facilité plutôt…

Pendant quelques heures, jours, mois, années, tu te voiles la face. Tu espères qu’en ne regardant pas ce que tu devrais faire, ta peur ou ta non envie liée va disparaitre.

Ou mieux, que cela va se régler tout seul.

Car c’est toujours de ça dont il est question : de non envie alors que tu as envie. Pourquoi ? Parce que tu as PEUUUUR.

Tu as peur des conséquences de tes actes.
Tu as peur de ne pas y arriver.
Tu as peur de la réaction des autres.
Tu as peur de l’inconnu.

En repoussant le truc, tu te dis « Ouais j’attends encore un peu. Dans quelques temps, peut-être que la peur sera moins forte. Ou que je me sentirai plus prêt(e) à l’affronter ».

J’ai un 2ème scoop-mauvaise nouvelle pour toi : C’EST FAUUUUUUUUX !

La peur ne disparait jamais ainsi.

Non seulement elle ne disparait pas. Mais en plus, faire l’autruche ne fait que la faire grandir.

C’est en ignorant ta peur que tu l’alimentes. Plus tu attends, plus tu repousses, plus elle grossit, grossit, GROSSIT, à en devenir une montagne qui te parait toujours plus insurmontable.

J’ai appris ces dernières années (et j’apprends encore) que ce n’est pas négatif d’avoir peur. Que c’est même cool. Et normal surtout.

Que lorsqu’il y a de la peur ET de l’envie, c’est là que ça vibre autrement plus grand. La peur EST un composant des expériences extraordinaires.

C’est vrai, ce serait pas trop nul si tu pouvais tout expérimenter dans la vie, les doigts dans le nez ? ✌🏻👃🏻Quid de la fierté d’avoir réussi alors ? Quid du sentiment de vivre quelque chose de spécial ?

Comme si tu tombais amoureux et que tout était neutre.
Comme si tu pouvais faire les pires manèges du monde et que cela ne te fasse rien dans le corps.
Comme si tu pouvais monter sur scène comme marcher dans la rue.

(bizarre ces exemples mais ils me sont venus sous cette forme)

Ca manquerait de saveur tout ça, non ? 🤔

Mais alors comment faire quand la peur est paralysante ? Quand elle t’obsède tellement quelle t’empêche d’avancer.

J’ai souvent expérimenté la méthode de l’autruche. Plus ou moins sur la durée pour certains sujets. Mais s’il y a bien une chose que j’ai toujours fini par faire, c’est AGIR.

Reprendre ma vie en main.
Me réveiller et me secouer le cocotier, me rappeler que JE SUIS responsable des situations que je vis et de comment je les vis.
Incarner cette vérité que j’aime tant : JE suis responsable de mon propre BONHEUR.

Je suis une nana qui finit toujours par oser. Et j’adore ça ! 😎#autoproclamation #autosatisfaction.

Parce qu’il arrive toujours un moment où j’en ai marre de moi-même. De me voir en mode poule mouillée inactive.

Agir, c’est la Vie !
Agir, c’est créer le mouvement.
Agir, c’est commencer à dire MERDE à sa peur.

Pas besoin de sauter tout de suite dans le vide. Une petite action dans la direction suffit généralement.

Mais ME BOUGER. Me mettre en action pour retrouver mon pouvoir sur les choses.

Chacune des peurs qui a pu me pourrir la vie un jour, je les ai affrontées (et surmontées pour la plupart) par l’action.

Jamais Ô grand jamais, la peur ne me clouera sur place. 😠✊🏻

Je ne suis pas une autruche moi ! Je suis une gazelle. Qui rebondit avec grâce face aux obstacles.

Avec créativité en plus. Car quand l’inaction te gagne et que ce qui te fait peur devient une montage, le meilleur moyen est de regarder s’il n’y a pas un autre chemin plus facile à prendre. Et puis là, un pas après l’autre. Jusqu’à arriver au sommet.

La méthode de l’autruche ne marche jamais. Celle de se mettre en mouvement vers ce qui te fait peur comme une gazelle, marche TOUJOURS. Je te l’assure.

Alors vas-y. C’est le moment (DE SE BOUGER LES FESSES) !

Agis !

Envoie cette lettre de démission.
Ecrit ce mail.
Inscris-toi.
Quitte cette situation.
Teste cette nouvelle méthode qu’on te propose.
Passe ce coup de fil.
Ose demander à un ami.
Ouvre la bouche pour en sortir les premiers mots de CETTE conversation que tu dois avoir.
Prends une décision maintenant pour toi.

AGIS ! Ou reste le cul en l’air et la tête enfouis dans le sol, là où tu es depuis un moment. Et rien ne bougera.

Avec passion,

Maude alias Maudus, hallucinée de la tournure de cet article à laquelle je ne m’attendais pas 😅
Mon journal de bord de nana chelou, libre et riche

C’est demain le premier atelier sur Strasbourg. Ca va être trop chouette et un moment d’action pour faire différemment, tiens ! https://www.facebook.com/events/179220586124064/

Reçois mes articles inspirants par mail et une méditation en cadeau pour te reconnecter à la légèreté et l'instant présent

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.