Tiens, cette phrase pourrait être une analogie de comment atteindre le bonheur 🤔.

J’ai entamé dernièrement un grand tri chez moi.

J’ai commencé par des objets en tous genres.

Puis mes livres. Ceux que j’avais déjà lus mais que je n’avais pas à coeur de garder. Et ceux que je ne lirai jamais.

Ponctuellement, mes habits. Ceux qui dorment depuis bien trop longtemps dans mon armoire toujours débordante sans plus d’envie de les porter. Ceux qui ne ressemblent plus à la moi d’aujourd’hui.

Un tri de mes projets professionnels aussi. Pour arrêter de m’éparpiller et être plus focus sur ceux qui me font la plus vibrer.

Des choix dans la façon dont je prends soin de ma féminité, dézinguant des pratiques habituelles comme m’épiler, prendre la pilule ou utiliser des serviettes hygiéniques.

Mes produits de beauté en jetant tout ce qui contient des perturbateurs endocriniens et en en achetant des nouveaux BIO et sans rien de nocif.

Au gré de mes envies, c’est à chaque fois un nouvel espace de ma vie qui y passe.

Mes objectifs inconscients et puissants en faisant cela :

—> Oter ce qui n’est plus totalement MOI.
—> Ne garder que le meilleur, parce que je le vaux bien. Ce qui est aligné à mes envies du moment.
—> Me concentrer sur ce qui est VRAIMENT important.
—> Faire de la place pour laisser d’autres choses encore meilleures (et dont je n’ai même pas encore conscience) arriver dans ma vie.

De manière régulière ces derniers temps, cette envie de trier me prend.

Ou plutôt d’ôter de mon univers ce qui m’encombre. Des choses qui pouvaient y avoir leur place pendant des années me semblent soudainement désuètes. Limite insupportables.

Je ne veux plus les voir dans mon environnement.

Depuis 2 jours, c’est ma chambre d’enfance qui y passe.

Comme à chaque fois, le mécanisme est le même : une envie soudaine qui me prend. Animée d’une énergie d’urgence à sortir de mon monde ce qui ne doit plus en faire partie, je m’active avec dynamisme dans tous les sens.

Au début, c’est facile. Au mieux je jette. Au pire je classe.

Je suis sans pitié.

Pour certains objets, c’est plus facile que d’autres.

Et puis au fur et à mesure, cela devient plus dur…

Je suis plus hésitante. Moins tranchante.

Je doute : dois-je jeter ou non ?
Ne vais-je pas oublier ce que cet objet m’évoque comme souvenir si je le fais ?
Et si j’en avais un jour besoin ?
Et si j’avais un jour envie de le revoir (alors que je ne me souvenais même plus l’avoir deux minutes avant hein 🙄) ?
Et s’il me manquait ?
Et si je n’en trouvais plus jamais de pareil ?

Les doutes, la peur…cela ressemble bien à une manifestation de mon mental qui cherche des excuse pour GARDER. Qui se sent en danger. Qui a la trouille du « risque » que je prends (oooh quel risque !😅).

J’attribue alors à des objets que j’avais oublié, des sentiments disproportionnés me poussant à les mettre de côté.

Dans ces moments là, je repense à Marie Kondo et sa Magie du rangement, et à mon leitmotiv à moi : cela t’apporte-t-il de la JOIE d’avoir cet objet encore avec toi ?

Si la réponse est OUI, je le garde. Si c’est NON, je fais vite le geste vers la poubelle de manière déterminée (et je sors vite la poubelle pour ne pas être tentée de reculer).

Et je remercie pour les émotions positives que chacun m’a apportées un jour.

Quand cela devient trop lourd de faire des choix, je fais une pause. Car parfois, mon cerveau surchauffe avec ce combat intérieur.

Mais à chaque fois, à chaque fois,… aussi dur soit-il, je suis satisfaite de moi. Et je me sens plus lééééégèèèèèère !

De la LEGERETE ! Oh ouiii ! ☁️

Je sens combien c’est juste et que j’ai plus de place.

Faire du tri , c’est facile pour certaines choses, plus dur pour d’autres, mais au bout du compte, cela fait tellement du bien !

Ce processus est le même pour pleins d’autres choses quand tu y réfléchis.

Pour changer tes habitudes pour aller vers des plus saines ou des différentes pour obtenir d’autres résultats.
Pour te lâcher la grappe, abandonner une partie de l’auto-pression que tu te mets sur le dos, pour acquérir plus de légèreté et de liberté.
Pour modifier ta vision des choses que tu as répétée depuis toujours alors que tu vois bien qu’elle ne fonctionne pas.
Pour prendre des décisions qui vont changer ton existence en quelque chose de plus WOUAOUW.
Pour agir, aller vers l’inconnu, prendre des risques et laisser derrière toi ta fausse sécurité ennuyante.

C’est dur car les automatismes de peur ont la dent dur. Chez chacun d’entre nous.

Mais quand tu persévères, c’est du tellement MIEUX que tu trouves au bout.

Comme pour tout, c’est un processus.

Envie + action + persévérance = BINGO ! 🙂

Héhé cela m’a donné envie de continuer à trier d’écrire cet article.

Avec auto-satisfaction,

Maude dite Maudus ou tatie Maude aujourd’hui
Créatrice de bonheur je suis

Psssst : Si tu es abonné à ma Newsletter, ceci est l’un des derniers mails que tu reçois de ma part si tu ne te réinscris pas là : http://eepurl.com/dvOYd1 (si tu ne le fais pas, tu ne recevras plus ces articles par mail)
Je te redemande ton consentement pour respecter le nouveau règlement européen RGPD sur la protection des données personnelles qui entre en vigueur demain.
Une occasion de faire du tri pour moi (et pour toi) entre les personnes qui ont envie de continuer à me lire et celles qui restaient par habitude ou oubli.

Reçois mes articles inspirants par mail et une méditation en cadeau pour te reconnecter à la légèreté et l'instant présent

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.