Cet article végète au moins depuis plus de deux semaines. Je l’ai gardé dans un coin de mon esprit. Puis je n’ai plus eu envie de l’écrire.

Au moment où j’écris ces lignes, je me force un peu à m’y mettre car je suis sûre qu’il va m’être bénéfique. Surement parce qu’entre temps mon énergie à un peu baissé et c’est bien de me rappeler les choses.
Et parce que s’il me revient encore aujourd’hui comme idée : c’est pour une raison.

Si je l’avait écrit quand l’idée m’est apparue, j’aurais été tellement transportée par mon enthousiasme que les mots auraient filé tout seule sur le clavier.

Je venais de rentrer de Londres. Je venais de sortir de la matrice.

Je venais de prendre conscience que j’étais riche et libre et qu’il était temps de l’incarner vraiment.
Que la peur du manque, l’envie de prouver, et de me mettre en sécurité m’animaient. Alors QUE JE LE SUIS DEJA !!! En sécurité !!! Et dans la réussite !! Et riche !!! Et j’ai tout ce qu’il me faut !

Je venais de prendre la décision d’arrêter de me mettre la pression pour gagner de l’argent dont je n’ai pas besoin AUJOURD’HUI.

Bref, je venais de me lâcher la grappe…

Et là, tout naturellement, tellement d’opportunités folles, et fluides, et naturelles (et dont certaines me permettent de gagner de l’argent !), sont arrivées à moi !

En l’espace d’une semaine, j’ai eu l’impression de vivre un mois de nouvelles.

En vrac, l’Univers m’a envoyé ceci :
– on m’a proposé d’assurer 8h de cours que j’aime donner supplémentaires (et donc de l’argent gagné avec)
– j’ai été prise pour défiler en tant que mannequin dans un event que j’aime. J’ai déjà fait des essayages de tenues trop chouettes
– on m’a parlé de la pratique d’un sport qui réunirait mon envie de me remuscler et la danse. Je l’avais déjà dans le viseur il y a quelques années. Je vais tester
– on m’a appelée pour co-animer un débat sur le bonheur dans un nouveau café strasbougeois dont on m’avait déjà parlé la veille (c’est aujourd’hui et je m’éclate !)
– on m’a proposé un autre défilé rémunéré pour une créatrice de lingerie. Challenge que je voulais relever depuis un moment
– on m’a interviewée par Skype. Un super moment d’échange avec Enrik !
– les copains d’enfance m’ont proposé qu’on parte tous ensemble cet été. La maison dans le Sud de la France est réservée entre temps
– un chef d’entreprise a validé le fait que je travaille sur le développement d’un programme sur le bonheur dans son entreprise et veut me payer.
– deux personnes au top pour participer à l’un de mes ateliers payants
– un rendez-vous avec une amie que je n’avais pas vue depuis longtemps
– être traitée comme la nana riche que je suis dans deux magasins alors qu’avant, je n’aurais même pas osé entrer dans ces boutiques

Et 3 semaines après, cela continue.

Alors c’est donc ça ? Quand tu lâche-prise et tu te laisses porter sur ton bon chemin, cela vient tout seul à toi ?

Je crois que OUI ! Quand tu n’es plus crispé(e) sur l’idée, les opportunités peuvent circuler jusqu’à toi.

Et je crois aussi que c’est une question de tri. De se débarrasser de ce qui t’encombre. Physiquement comme mentalement.

Mentalement, j’ai laissé partir mes peurs liées à l’argent.
Physiquement, j’ai entamé un tri drastique chez moi (encore en cours), dans mes innombrables pages web ouvertes sur mon ordinateur, dans mes abonnements aux newsletter, dans mes actions quotidiennes, dans mes activités pour occuper mes journées…

…pour ne garder que le meilleur. Que ce qui m’excite et me met en joie.

Pas des choses pour plus tard.
Pas au cas où j’en aurais besoin ou cela m’intéresserait une autre fois.

Je reste connectée à ce qui est trop cool, ici et maintenant. A ce qui me fait envie. D’après la version de moi que je suis aujourd’hui.

Si je n’en ai pas eu besoin/envie jusqu’à présent, c’est que ça ne doit pas rester dans mon champs de vision. Obstruer la vue. M’encombrer l’esprit et mon espace.

Je me rends compte en écrivant ces mots que j’ai encore largement à trier. Ce ne sera pas facile pour tout. Je risque d’hésiter. Que ma peur de manquer et de lâcher prise revienne à la charge.

Mais au moins l’intention et le bon prisme pour choisir sont là.

Et j’ai pensé hier que cette question complémentaire « si tu ne devais garder que la meilleure chose, laquelle serait-elle ? »

Elle me sera utile aussi.

Quand j’hésite entre deux pantalons à trier.
Entre plusieurs activités pour ma journée.
Entre toutes les idées.
Entre tous mes projets.

Quand je garde trop de choses inutiles (au sens qui ne vont pas servir mes envies du moment).

Et si cela peut contribuer à m’apporter par la suite des opportunités fluides dans ma Vie, alors allons-y gaiement !

En tout cas : « Vas-y Univers, ENVOIE LA SAUUUUUUUCE !!! Je suis prête pour la suite de l’éclate ! Youhouuuuu ! 😃 »

En réalité, les mots ont quand même filé tous seuls sur le clavier.

Je m’en vais faire du tri je crois !

A+

Maude alias Maudus
Journal de bord de ma Vie totalement LIBRE et excitante de ouf !

Pour ressentir l’énergie dans laquelle je vibrais quelques jours après mon retour de Londres, je t’invite à visionner cette chouette interview de moi et moment d’échange avec Enrik, un chercheur du bonheur comme moi : https://www.youtube.com/watch?v=VxLFH-46BWQ

P.S. : L’or sur cette photo symbolise bien la richesse que je ressens dans mon coeur face à toutes ces opportunités. Et je ne parle pas que de richesse en argent.

Reçois mes articles inspirants par mail et une méditation en cadeau pour te reconnecter à la légèreté et l'instant présent

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas d'inquiétude, je déteste les spams et vous pourrez vous désabonner à tout moment.